Les chakras

L'équilibre du corps et de l'esprit

Les chakras, quoi et pourquoi ?

     Notre corps est constitué (entre autres choses) d’énergie, et les chakras sont les capteurs de l’énergie dont à besoin l’homme pour vivre, mais aussi pour être en harmonie avec soi même et son environnement.

     Le mot « chakra » signifie en sanskrit roue ou cercle, par association on le rapproche donc du disque solaire, de la roue de la vie ou dans l’hindouisme la structure des mondes ou la destinée. En yoga, les chakras vont représenter et gouverner les différentes glandes et points d’énergie du corps, alignés, ils créent un canal de transition de l’énergie à travers les différents corps (astral, physique, causal, spirituel, …).

     Afin de bien comprendre les principes des chakras, il convient justement de connaître les différents corps. Le corps étherique est la réplique du corps physique, comme un léger champ électromagnétique qui le recouvre et le protège, une blessure de ce corps laissera le corps physique sans protection. Le corps astral est le siège de nos émotions, il possède une grande activité pendant le sommeil car le corps mental endormi le laisse s’exprimer. Comme son nom l’indique, le corps mental est l’expression de notre conscient, l’organisation de notre pensée. Le corps causal représente le « soi », il est l’expression de notre karma, il permet de se connecter à la connaissance universelle. Le corps divin est le siège de l’étincelle divine qui nous habite et que nous devons tenter d’attiser pour nous élever.

     Les chakras agissent comme des balises sur ces corps, permettant de les aligner et de les équilibrer. Il existe sept chakras principaux, mais selon certains textes anciens, on pourrait recenser plus de 80 000 chakras secondaires. Les chakras sont en rotation permanente afin d’absorber et de faire circuler l’énergie, cette rotation est soit vers la droite (dextrogyre – Yang), soit vers la gauche (sinistrogyre – Yin).

     Les chakras doivent être ouvert de manière équilibrée, un travail sur l’un entraîne un travail sur tous les autres.

Emplacement des chakras.

L'alignement des chakras

- Chakra couronne -

- Chakra du 3ème oeil -

- Chakra de la gorge -

- Chakra du coeur -

- Chakra solaire -

- Chakra sacré -

- Chakra racine -

Equilibrer ses chakras.

     Comme une belle mélodie aux multiples instruments, il suffit parfois d’une fausse note pour tout déséquilibrer. Ainsi, les chakras, source de notre force sont paradoxalement extrêmement fragiles, et une fois qu’ils ne sont plus en harmonie ils entrainent des blocages, tant physiques qu’émotionnels.

     Un vieux dicton des arts martiaux dit « de l’équilibre en toutes choses », cette maxime correspond parfaitement au travail que l’on doit faire sur les chakras, où l’équilibre est le mot d’ordre. L’énergie (la kundalini) provient de la terre, du chakra racine, s’il est bloqué, l’énergie ne circule plus dans le corps, mais à l’inverse s’il n’est pas en harmonie avec les autres chakras, l’énergie s’accumule et cause des troubles. Par expérience je compare le travail sur les chakras à une partition, chacun correspondant à une note, si ces notes sont jouées avec la même intensité  et dans une vision globale, l’harmonie se crée naturellement.

     Ce travail peut aussi se faire grâce aux minéraux, aux bols tibétains ou par des séances de méditation. Mais le premier principe reste toujours le même, trouver l’équilibre en faisant partie d’un tout, comme une danseuse sur la scène de la vie. On ne peut privilégier un chakra au détriment d’un autre, il faut retracer le chemin de la montée de kundalini à travers le corps en laissant l’énergie couler au coeur de chaque chakra.

     Avec un bol tibétain, on le fait simplement sonner pour accorder son esprit sur la fréquence, on va ensuite faire tourner doucement le bâton sur le bord du bol dans un sens adapté à chaque chakra ( en général trois ou sept rotations), en remontant du chakra racine au chakra couronne.
(Retrouvez nos bols tibétains ICI).

     En lithothérapie on utilise les pierres pour équilibrer et renforcer les chakras, chaque minéral correspondant à un chakra et à un effet. Cela peut être aussi bien utilisé lors d’une méditation complète (avec une pierre sur chaque chakra), que lors d’une séance simple avec une seule pierre pour débloquer une zone d’énergie. Pour débuter, je conseille toujours de commencer par une pierre du chakra racine (une tourmaline ou une septaria par exemple) qui vont permettre un bon enracinement et un contrôle de la source d’énergie, ce qui va nous permettre d’attiser ou au contraire de calmer les montées de kundalini, et donc de savoir se tenir fermement dans le sol avant de savoir voler. Les pendentifs sont aussi de très bons outils pour l’équilibre des chakras, portés au niveau de la gorge, du coeur ou du plexus solaire, ils renforcent et apaisent en douceur les zones d’énergie correspondantes.

Swami Shivananda Saraswati

     Pour terminer, je vais me permettre d’ajouter ici quelques maximes de ce grand homme qui participa par sa culture et sa bonté à diffuser en occident l’hindouisme, et qui nous laissa un héritage riche de 296 ouvrages, sur des sujets aussi variés que l’éthique ou la peinture, prouvant ainsi que le monde est un tout et que le yoga ou la méditation sont autant un art de vivre qu’une méthode bien être.

Mettez votre cœur, votre esprit et votre âme dans vos moindres actes. C’est le secret de la réussite.

Penser constamment à la maladie ne fera que l’intensifier. Gardez ce sentiment d’être « sain de corps et d’esprit ».

Il y a quelque chose de bon dans tous les échecs ; vous n’êtes pas capable de le voir maintenant, mais le Temps le révélera ; soyez patients.

Le progrès spirituel réel de l’aspirant se mesure par sa  capacité à atteindre la tranquillité intérieure.

Plus la lutte est rude, plus glorieux est le triomphe. La réalisation de soi exige une très grande lutte.

Votre devoir est de traiter tout le monde avec amour comme une manifestation du Seigneur.

La méditation est douloureuse au début, mais elle accorde du bonheur immortel et de la joie suprême en fin de compte.